Je me nomme Nathalie Pelchat

J’offre des services de répit, de coaching, de la formation énergétique, de l’accompagnement et un service de rédaction.

Ma petite grandiose histoire

C’est mon chemin de vie fort particulier qui me permet aujourd’hui d’offrir des services de qualité incomparables aux jeunes qui séjournent chez moi, ainsi qu’à leur famille. En effet, durant de nombreuses années j’ai pris soin de ma charmante fillette, Évelyne, atteinte d’amyotrophie spinale et complètement dépendante de moi pour assurer ses besoins quotidiens (manger, s’habiller, se laver, etc.).  En mars 2007, elle a tiré sa révérence. Évelyne était très charmante, vive d’esprit, mais aussi une « reine » me traitant en esclave pour satisfaire le moindre de ses désirs !

J’étais complice de sa façon de me traiter, je voyais bien parfois que je me faisais manipuler, mais je ne savais absolument pas comment modifier cela. Alors, parfois, je perdais patience et ensuite, je m’en voulais. Je faisais tellement de choses pour « gagner » sa gentillesse, sa reconnaissance ou sa tolérance, et j’étais toujours déçue, car peu importe les efforts que je faisais, elle m’en demandait toujours plus. Elle était un puits sans fond de demandes. Plus elle demandait, plus je donnais, plus je donnais et plus elle demandait.

Je faisais du mieux que je pouvais, croyant à tort qu’une bonne mère devait se sacrifier pour son enfant, mais l’épuisement me guettait, car toute ma vie était orientée pour satisfaire les désirs de ma fille.

Je me battais avec force à l’école pour que ma fille reçoive les services appropriés, j’insistais auprès des intervenants du CLSC malgré leur approche culpabilisante et leur acharnement à nier mes droits pour obtenir le maximum d’aide possible. La lionne en moi était féroce pour défendre sa progéniture !

Toutefois, je n’avais pas la même ardeur pour m’occuper de moi. Au quotidien, ma vie n’avait pas de sens, j’étais en mode survie faisant le plus de trucs possible de ma « to do » liste, mais en ne réussissant jamais à la terminer. Mes listes étaient impossibles à réaliser. Au contraire, elles ne finissaient jamais de s’allonger. Inconsciemment, je me plaçais en position d’échec, je me sentais incompétente et j’avais l’impression de n’en faire jamais assez. J’aurais voulu réaliser en une journée, ce qui aurait pris une semaine à une autre personne.

J’avais l’impression d’être dans un tourbillon incessant de « tâches », toujours à la course et me sentant souvent sur le bord du précipice. Je n’avais aucun espoir, mais je n’y pensais pas trop car j’avais trop peur de tomber sans pouvoir me relever. Alors, je me concentrais à passer à travers la journée pour me recoucher et me relever le lendemain matin habitée du même désespoir d’une vie sans but et sans vraiment de plaisir. Je rêvais de vacances, de sortir avec une amie de temps en temps et juste de me retrouver seule avec moi-même. M’occuper de ma fille était devenu une tâche comme faire le ménage et je me sentais immensément coupable de ressentir cela de cette façon.

Au fil des années, je me suis sentie de plus en plus coincée, vide et perdue, sans que cela soit visible extérieurement, car pour mon entourage, j’étais une battante et je suscitais l’admiration. J’étais effectivement une mère dévouée qui participait activement à toutes les thérapies et qui faisait tous les exercices requis. La prof en moi a stimulé ma fille à tous les niveaux.

Début de mon cheminement grandiose

Une chaîne d’événements ont fait que j’ai un jour rencontré Ghislaine Turcotte du Centre du Soi Rayonnant Inc.  Elle a complètement changé ma vie. En fait, elle m’a donné la vie.  Ghislaine m’a donné les outils qui m’ont permis de me découvrir en conscience, c’est-à-dire de réaliser les pensées qui m’habitaient et m’a fait travailler pour m’en délester et découvrir une tout autre façon d’être au quotidien, une attitude orientée vers l’amour de soi et la liberté d’être soi-même. Tout ce que je croyais vrai s’est révélé faux et cela a complètement transformé ma vie pour le mieux.

Dans ce processus de conscientisation, j’ai appris à m’observer, à me respecter, à voir au-delà des apparences (l’humain est énergie, il n’est pas qu’un corps physique…) et surtout j’ai adapté mes interventions de façons quelles soient cohérentes et orientées vers mon bien-être d’abord. Le fait de m’occuper de moi en premier en pouvait qu’être bénéfique pour ma fille.  J’ai appris la structure énergétique de l’humain, à sentir les mouvements énergétiques, à ouvrir mes portes subtiles et à développer mon senti intérieur (dons de voyance, etc.).

Bref, mes actions concrètes revêtaient un tout nouveau sens puisque j’étais à l’écoute de moi et j’ai répondu aux besoins réels de ma fille plutôt qu’au moindre de ses désirs. J’ai développé l’amour et le respect de moi-même. Cela a complètement changé ma vie et toutes mes relations.

En mars 2007, mon mari m’a quittée pour une autre femme. Évelyne a tiré sa révérence 21 jours plus tard. Ouf ! Le travail sur moi-même que j’avais débuté 5 ans plus tôt m’a permis de passer à travers cette immense souffrance et il s’est considérablement amplifié puisque mon cadre quotidien s’est transformé. Je n’étais plus une épouse, ni une maman.  J’ignorais complètement qui j’étais comme femme alors c’est ce que j’ai découvert : moi ! Ce fût une période exigeante, mais également un levier extraordinaire pour devenir qui je suis aujourd’hui. 

Les services de répits ont débutés

En 2008, la résidence Nathalie Pelchat, ressource intermédiaire est née, mon domicile étant complètement adapté aux personnes handicapées (élévateur, lève-personne électrique, piscine semi-creusée, immense patio de ciment, etc.).  

“La résidence Nathalie Pelchat a été accréditée comme étant la première ressource intermédiaire de répit pour enfants handicapés physiquement de Laval. Elle a travaillé en collaboration avec le système de santé jusqu’en 2013, moment ou notre gouvernement a décidé d’uniformiser les conditions de travail des ressources intermédiaires tant au plan du revenu qu’au plan du fonctionnement au quotidien. En 2013, Nathalie a refusé ces nouvelles règles imposées qu’elle jugeait non respectueuses de l’humain et elle est devenue une ressource privée. La résidence Nathalie Pelchat est devenue Pause d’Amour, une ressource de répit privée qui offre des services incomparables.”

En 2013, Pause d’Amour est née. Une ressource qui aide l’humain à mieux vivre son quotidien ! Une ressource qui innove par son approche unique et originale basée sur l’intériorité et la nature énergétique de l’humain.